La   7

 

La 7 A

 

Première d'une inoubliable lignée de Traction, la berline "7 A" est livrée à partir du 3 mai 1934. Elle répondait au cahier des charges initial : "Une voiture de 900 kilogrammes, quatre à cinq places, et au dessous de 10 litres aux 100 kilomètres".

 

C'est est une "vraie" 7CV, avec un alésage de 72 mm et une course de 80 mm, le moteur d'une cylindrée de 1303 cm3 développe 32 ch à 3.800 tr/mn. La vitesse maximale est de 95 km/h. Son prix de lancement est fixé à 17.700 francs.

 

 

Publicité pour la 7 de 1934

.

.

.

.

La 7 B

 

En juin 1934, la "7 B" plus puissante remplace la "7 A". L'alésage est porté à 78 mm pour une cylindrée de 1529 cm3 et 35 ch, ce qui passe sa puissance fiscale à 9 CV. Sa vitesse maximale est de 100 km/h.  

 

En juin apparaissent deux nouvelles carrosseries :

le "roadster" et le "faux cabriolet" à 2 ou 4 places.

 

En juillet, le toit, dont une partie découpée était jusque là recouverte de simili-cuir (du Pégamoïd) pour faciliter l'emboutissage, devient entièrement tolé.

Cabriolet 7 de 1934

.

.

.

.

La 7 C

 

En décembre 1934, la "7C" remplace la "7B". Dans un soucis de standardisation, la course passe à 100 mm pour un alésage de 72 mm, soit une nouvelle cylindrée de 1628 cm3. La puissance n'augmente guère à 36 ch. La puissance fiscale et la vitesse maximale sont inchangées. Dans les versions de carrosseries, le cabriolet remplace le roadster.

En février 1939, la "7C" devient "7C Economique" car sa consommation est réduite de 10 % par modification de l'admission et de la carburation.  

De 1934 à 1941, seront fabriqués 88 066 type 7.

Catalogue Berline 7